ven 12.02 0

Differential Medecine – Partie 1 : Welcome to The Family

Le digital et la médecine, deux secteurs distincts ? Plus aujourd’hui! L’innovation médicale, on le sait, nous concerne tous personnellement au quotidien. C’est elle qui, en partie, nous a permis d’augmenter notre espérance de vie.

À Paris, le 03 décembre dernier, dans les locaux de The Family, s’est tenu l’un des séminaires les plus en vue sur la médecine de demain ou ce que l’on pourrait appeler la santé du futur.

Des sujets comme la médecine digitale, l’impression 3D, la réalité virtuelle et les nanotechnologies y ont été abordés par de talentueux entrepreneurs. Chez Digital Corner nous y étions pour vous !

Nous vous proposons un dossier pour découvrir ensemble l’essor fulgurant du digital dans le monde médical et les nombreux enjeux éthiques et sociétaux qui en découlent.

Durant les prochaines semaines , vous aurez l’occasion de découvrir sur notre blog : The Family, l’accélérateur de start-ups « différent » et son événement annuel « Differential Medecine » ; quelques grands agitateurs de la médecine de demain, certaines de leurs inventions radicales et leurs sujets de prédilections (les biotechnologies, les évolutions des systèmes de santé, la révolution de l’impression 3D en chirurgie…ainsi que quelques surprises)

The Family : le Y Combinator Français

Aujourd’hui installé au 25 Rue du Petit Musc à Paris, The Family, est depuis le printemps 2013, un accélérateur de croissance pour les start-up du numérique et une école de la disruption numérique.

Un goût de déjà vu ? Effectivement ! Les 3 co-fondateurs Nicolas Colin, Oussama Ammar et Alice Zagury,the family 1 le reconnaissent, leurs concepts ont été (un peu) inspirés par Y Combinator. À l’image de l’américain, qui créé en 2005 dans la Silicon Valley, offre un programme intensif de formations personnalisées aux start-ups qui y apprennent à grandir, les français proposent plusieurs formules de mentoring aux entrepreneurs en contrepartie de 1 % du capital de leur start-up.

Pour le reste, c’est plutôt typiquement français et un chouïa provocateur. Les fondateurs parlent volontiers de structure « radicale », mais « bienveillante avec les start-ups » pour accélérer leur croissance. D’ailleurs, en arrivant dans les locaux, même l’agencement du lieu est porteur de ce positionnement décalé. À contre-courant de l’idée qu’on pourrait se fait d’un l’incubateur de start-ups technologiques : l’endroit est très “frenchy”, un peu désuet. Sous une véranda trônent de grandes plantes vertes, des tapis, des fauteuils et finalement très peu de gadgets high-tech. L’ambiance y est décontractée et plutôt studieuse, un peu comme un foyer étudiant.

Portrait de famille

Alice Zagury : l’énergique

Alice a longtemps travaillé au Silicon Sentier et au Camping, les deux incubateurs du conseil régional d’Île-de-France et de la mairie de Paris. Elle s’y occupait d’un programme de veille, “Y Génération around the World”, et parcourait le monde à la recherche des secrets de l’innovation ouverte. C’est là que son chemin a croisé celui de …

Oussama Ammar : l’évangéliste

Il a créé sa première entreprise à 12 ans. Avant ses 18 ans, il en avait créé et revendu deux autres. D’expérience en expérience, de serial entrepreneur il s’est mué en mentor. En quelques années, il va ainsi financer 21 start-up dans la Silicon Valley !

Nicolas Colin : le troisième pilier family portrait the family

Ingénieur, énarque, normalien, inspecteur des finances, coauteur du rapport sur la fiscalité du numérique et exégète de la disruption numérique, Nicolas Colin est la passerelle vers une certaine élite. Il est connu des grands groupes, il sait leur parler et les amener à The Family.

Antoine Zins : Monsieur médecine

Lui, c’est le père des conférences Differential medecine  à The Family

Né dans une famille de médecins, Antoine Zins est passionné par la santé numérique. Convaincu que nous pouvons tous être acteurs de notre propre santé, il œuvre à construire un pont entre technologie et médecine en soutenant les bonnes startups.

The Family : une offre éclectique pour Start ups ambitieuses

L’incubateur, aujourd’hui investisseur leader dans les startups en Europe, propose un programme de mentoring, sans durée limitée dans le temps plutôt original. Il ambitionne d’accompagner et de soutenir plus de 100 startups par an, non pas en mettant à disposition des locaux mais des formations. L’accès aux Business Angels partenaires et à des réunions dynamiques pour partager les expériences entrepreneuriales sont également mis en avant.

Par exemple, Koudetat, formation intensive qui s’adresse aux entrepreneurs déterminés,  se propose de «réveiller l’entrepreneur qui sommeille en toi ». Entreprendre n’est pas inné et 80% des erreurs peuvent être évitées et Koudetat est là pour enseigner tout ce qu’il faut savoir pour lancer son entreprise avec succès. Comment ?

  • Par un ton chaleureux et décaler (les bisous sont de mises), divers sujets sont abordés de l’état d’esprit ; la gestion du facteur humain, le financement, jusqu’à la préparation des pitchs pour les levées de fonds.
  • Des supports ludiques et pédagogiques : le format vidéo et la possibilité de chat avec Oussama Ammar himself !
  • La création d’une proximité (Koudetat est ton « ami ») et d’un esprit d’appartenance par l’animation de communautés qu’on peut partager pour « faire kiffer tes potes » : blogs des anciens, présence sur les réseaux sociaux
  • La disponibilité continue : accessibilité des supports sur divers devices  à la condition d’avoir une connexion internet

Et le succès de ce projet là est justement au rendez-vous ! Le profil des inscrits comprend aussi bien des candidatures de ressortissants de pays francophones, que de chômeurs en reconversion ou de mères célibataires et on dénombre déjà plus de 2000 projets créés par les stagiaires du programme.

Get the Swag On (« gagnez le magot », pour les francophiles), met les entrepreneurs en contact avec des designers pour avoir des conseils pour aboutir aux produits les mieux adaptés aux attentes des clients. On y parle Design thinking, UX Design et on apprend à combiner les retours de l’utilisateur final aux observations terrains pour prodiguer une expérience utilisateur réussie.

On y apprend aussi à devenir un « killer du pitch » puisqu’un programme est spécialement dédié à l’apprentissage du storytelling en anglais pour vendre votre concept dans la langue de Shakespeare en toute confiance. Et des idées dans la même veine, The Family n’en manque pas !

startup-pirates-721-602204b1da32fe1c4e5b

Des évènements décalés

Le trio à la tête de The Family a inventé les « Les barbares attaquent », un cycle de conférences et débats hebdomadaires accessibles à tous. Tous les mardis, des intervenants de tous bords, y expliquent aux entreprises, comment le numérique bouleverse leur business models traditionnels ou comment des « hordes de barbares » venus de la Silicon Valley les obligent à prendre le virage digital, sous peine de perdre pied.

Des partenariats de qualité

Des idées de partenariat, le trio n’en manque pas non plus : The Family vient de passer un accord avec Index Ventures. Ce fonds américain a déjà levé 2,5 milliards pour des start-ups depuis sa création en 1996 et s’est spécialisé dans les secteurs où la technologie chamboule un modèle économique en place. Dorénavant, elle fournit son réseau mondial d’avocats aux startuppeurs parisiens.

The Family : de l’actualité en continu

Chez The Family, on a adopté une stratégie de communication plutôt à contrepied, le mot d’ordre est le secret. Le choix des dirigeants est d’en dire le moins possible : on ne sait jamais vraiment qui sont les start-ups suivies ni ce qu’elles font. Si la communication autour des poulains est pour le moins opaque, les évènements, soirées et dîners mondains eux sont suffisamment médiatisés pour qu’ils soient courus par des politiciens connus et des chefs d’entreprise reconnus.

Holberton School : The family s’exporte

The Family est entré au capital de la Holberton School, la plus française des écoles d’informatique américaine, à quelques semaines de sa première rentrée, le 22 janvier 2016. Fondée à San Francisco, par trois Français, cette école vise à exporter la « méthode européenne » pour former, en 2 ans avec 6 mois de stage, des ingénieurs et développeurs « de haut niveau ». Baptisée du nom d’une programmeuse américaine à l’origine de l’ENIAC, considéré comme le premier ordinateur, la Holberton School a adopté un modèle qui rappelle celui de l’école 42 fondée par Xavier Niel apprentissage par les pairs et culture projet sont au cœur du cursus.

Sont réunis 70 mentors qui officient dans des startups ou de grands noms de la tech comme Facebook, Google ou Apple pour intervenir dans le cursus. Parmi lesquels Jerry Cuomo (CTO chez IBM), Kate Volkova (développeuse chez Microsoft), Emmanuel Cron (Google), Stéphane Sezer (Facebook), Michel Molongo (Criteo), Anta Aidara (Natixis) ou encore Melissa Verduci (Ubisoft).

Differential medecine : les trublions de la Santé

IMG_1320 rognéCycle de conférences qui présente des entrepreneurs audacieux prêts à révolutionner l’expérience du patient.

Il a réuni certains des meilleurs esprits dans la med-tech et l’innovation santé. Il vise à démontrer que la santé connectée n’est plus une utopie, mais bien une réalité.

Notre prochain article vous présentera certaines de ces innovations de rupture qui annoncent une nouvelle santé, plus efficace, plus transparente et surtout indéniablement plus connectée…

Commenter cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *